Attualità | Toute l'actualité de l'Université de Corse
Attualità |
Toute l'actualité de l'Université de Corse

André Kertész in Corsica, 1933, exposition photographique

André Kertész in Corsica, 1933

L’exposition « André Kertész in Corsica » présentée par le Centre Méditerranéen de la Photographie et la Médiathèque du patrimoine et de la photographie en partenariat avec la Bibliothèque de l’Università di Corsica présente 40 tirages modernes qui nous font découvrir le reportage sur la Corse de Kertész pour la revue Arts et Médecine réalisé et publié en 1933. Ce travail est caractéristique de sa collaboration avec la revue dont il était le principal photographe : il n’a pas photographié la Corse comme une destination de villégiature, mais les paysages et des moments de la vie quotidienne des habitants de l’île. En cinq ou six jours, cheminant en automobile sur des routes rocailleuses, il a réalisé un reportage alternant paysages et scènes de vie quotidienne.

Repères biographiques

Né en 1894 en Hongrie, André Kertész se voit offrir par sa mère son premier appareil photographique en 1912. Mobilisé pendant la première guerre mondiale, il ramène des images des moments parfois anodins de sa vie de soldat. Après la guerre, il cherche à faire de la photographie son métier. En octobre 1925, Kertész débarque à Paris. Au début de l’année 1926 il publie ses premières photographies dans la revue Art et industrie. Il fréquente alors les milieux artistiques d’avant-garde et photographie ses amis hongrois, les ateliers d’artistes, les scènes de rue, les cafés et les jardins parisiens. La ville lui offre de nouveaux points de vue. En 1927, il expose ses images à la galerie « Le Sacre du Printemps ». Sa réputation commençant à s’établir, il collabore à différentes publications françaises comme Vu, l’Art Vivant ou Art et Médecine, des revues allemandes comme Die dame ou Uhu. En 1936, il signe un contrat avec l’agence Keystone et émigre à New York où il collabore avec les revues du groupe Condé Nast comme Vogue ou House and Garden. A partir de 1962, Kertész assiste à la reconnaissance de son œuvre par les institutions et le grand public. En 1984, Kertész fait don de ses négatifs et de ses archives à la France. La Médiathèque de l’architecture et du patrimoine conserve ainsi plus de 100 000 négatifs, des tirages contacts de lecture, une partie de sa bibliothèque et l’abondante correspondance du photographe.

JACKY LE-MENN | Mise à jour le 30/07/2022
Rendez-vous

Du jeudi 22 septembre 2022 à 17h00 au vendredi 07 octobre 2022

Bâtiment Desanti (administration | BU), Campus Grimaldi, Corti

Contact
  • Jacky LE MENN, Directeur adjoint, responsable action culturelle
    |