Attualità | Toute l'actualité de l'Université de Corse
Attualità |
Toute l'actualité de l'Université de Corse

Soutenance de thèse: Lisandru CAPAI (22 novembre 2019)

Centre: EA 7310 BIOSCOPE Méditerranée

Discipline: Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie - Mention: Biologie cellulaire

Titre de la thèse: Caractérisation de l'immunité grégaire vis-à-vis du virus de l'hépatite E de la population humaine adulte et détection du virus chez les porcs domestiques en Corse

Résumé vulgarisé:

L’hépatite E est une hépatite virale causée par le virus de l’hépatite E (VHE). Chaque année ce virus est responsable de 20 millions d’infections et 70 000 décès dans le monde. Dans les pays industrialisés comme la France, la transmission du virus est majoritairement due à la consommation de produits à base de foie de porc ou de pratique/contact avec le réservoir porcin.

Une étude française de 2016 chez les donneurs de sang a montré que 60% des donneurs corses avait une immunité vis-à-vis du VHE (anticorps), montrant ainsi que la majorité de la population corse avait déjà été infecté au moins une fois par ce virus. De plus, des études au sein des élevages de porcs corses ont également montrées que les porcs de l’île étaient plus exposés au virus que ceux du continent. Ce pourrait être expliqué par un type d’élevage particulier en Corse (extensif : ouvert sur l’environnement). Enfin, le Figatellu, qui est largement consommé sur l’île a été de nombreuses fois mis en cause dans la littérature pour être à l’origine de cas humains et positif pour la détection du virus.

C’est dans ce contexte que les différents travaux de thèse ont été menés afin d’améliorer la compréhension de l’épidémiologie du VHE dans cette région supposée hyper-exposée. Les objectifs de la thèse ont été de confirmer l’hyper exposition de la Corse que ce soit pour la population humaine et animale avec un nombre d’échantillons solide, et de déterminer quels étaient les facteurs de risques associés à la détection des marqueurs d’infection. Pour cela nous avons mis en place et mené trois études principales : (i) une étude chez les donneurs de sang, (ii) une étude au sein de trois populations adultes corses avec un questionnaire spécifique et (iii) une étude de l’infection des porcs domestiques corses au sein de la filière porcine traditionnelle.

Nos résultats ont permis de calculer des taux de positifs très élevés que ce soit en population humaine (anticorps) ou en population animale (virus), confirmant ainsi l’hyper exposition de la région au virus. De plus, nous avons pu démontrer que l’exposition sur l’île semblait être homogène, que ce soit à travers les différentes zones géographiques de l’île, les différentes populations adultes étudiées et les différents élevages porcins. Nous avons déterminé de nouveaux facteurs de risque comme la consommation de Fittonu et la pratique du dépeçage/éviscération, mais également confirmé des facteurs déjà décrits dans la littérature comme la consommation du figatellu et l’effet de l’âge sur la détection des anticorps. Certains de nos résultats ont également montré des tendances sur l’éventuelle présence du virus au niveau environnemental (eau de source en montagne, baies sauvages, etc.). Au sein des élevages porcins, nous avons pu confirmer que la période critique pour l’infection des porcs se situait à l’âge de 3-4 mois et qu’aucun des porcs âgés de plus de 9 mois n’était positif à la détection du virus.

Ces résultats suggèrent que malgré une forte exposition des porcs au virus en Corse, l’âge d’abattage tardif propre à l’élevage traditionnel pourrait signifier que les produits issus de cette filière sont moins à risque que la filière industrielle (vu que les porcs ne sont pas infectés au moment de l’abbatage). L’ensemble des résultats de cette thèse ont permis de mieux comprendre l’épidémiologie du VHE en Corse et de mettre en place des perspectives de recherche cohérentes pour l’avenir incluant fortement l’aspect environnemental.

Riassuntu vulgarizatu

L’epatite E ghjè un’epatite siscale cagiunata da u siscu di l’epatite E (VEE/VHE). Ogni annu stu siscu ghjè respunsevule di 20 milioni d’infezzione è di 70000 morti in u mondu sanu. In i paesi industrializati, cum’è a francia, u so tramandu ghjè à u più in magiurità assuciatu à a cunsumazione di prudutti fatti cù u fècatu di porcu o di pràtica/cuntattu cù purcelli infettati.

Un studiu francese di u 2016 (duiemila è sèdeci) ind’è quelli chì danu u so sangue hà mustratu chì, frà elli, 60% avianu difese biològiche di pettu à u VHE (anticorpu), mustrendu cusì chì, a magiurità di a pupulazione era digià stata appigliata, macaru una volta, da st’agente infettivu. In oltre, i studii fatti frà l’allevi purcini corsi anu dinù mustratu chì i porchi isulani eranu di più esposti à u perìculu cà quelli di u cuntinente. Si spiecaria da un gèneru d’allevu particulare in Corsica (estensivu ; apertu nant’à l’ambiente). In fine, u figatellu, cunsumatu assai assai nant’à l’ìsula ghjè statu incausatu in a literatura per esse à l’orìgine di casi umani è pusitivu per signalà u siscu.

Ghjè in stu cuntestu chì i diversi travagli di tesa anu avutu per scopu di megliurà a cumprensione di l’epidemiulugia di u VHE in sta regione assai assai esposta. L’ogettivi di a tesa visavanu à cunfirmà stu fattu ch’ella sia per a pupulazione umana è animale cù un numaru d’esempii sinnati, è à valutà qual’eranu i fattori di rìsicu assuciati à a scuperta di i tracciadori d’infezzione. Per quessa avemu messu in piazza è purtatu trè principali studii : (i) un studiu ind’è quelli chì danu u so sangue (ii) un studiu frà e trè categurie di pupulazione maiò corse cù un listinu di dumande specìfiche (iii) un studiu di l’infezzione di i porchi corsi mansi in senu à a filiera purcina tradiziunale.

I nostri resultati anu permessu di calculà tassi di pusitivi alti assai ch’ella sia in pupulazione umana (anticorpu) o in pupulazione animale (siscu) cunfirmendu cusì sta situazione assai assai esposta à u siscu. In oltra, avemu pussutu pruvà chì l’espusizione nant’à l’ìsula, paria para à di per tuttu, ch’ella sia à traversu e diferente zone geogràffiche di l’ìsula, e diverse pupulazione di persone maiò studiate è di i diversi allevi purcini. Simu riesciuti à definì fattori à rìsichi dinù cum’è a cunsumazione di Fittonu è a pràtica di a tazzatura/strippera, ma cunfirmatu dinù fattori discritti digià in a literatura cum’è a cunsumazione di u figatellu è l’effettu di l’età da lucalizà l’anticorpi. Certi resultati anu mustratu dinù una tindenza nant’à una presenza di u siscu à livellu ambientale (ochju d’acqua di muntagna, bachi salvatichi, ecc.). In senu à l’allevi purcini, s’hè pussutu cunfirmà chì a perioda crìtica per l’infezzione di i porchi si situava circà à l’età di 3-4 mesi è mancunu di i porchi vechji di più di 9 mesi eranu pusitivi à a lucalizazione di u siscu.

Sti resultati indettanu chì, malgradu un’esposta forte di i porchi à u siscu in Corsica, l’età tardiva di macellu chì cuncerna l’allevu tradiziunale puderebbe significà chì i prudutti isciuti da sta filiera sò menu periculosi chè quella industriale (vistu chì i porchi ùn sò micca infettati quand’elli sò tombi.). L’inseme di i resultati di sta tesa anu permessu di capì megliu l’epidemiologia di u VHE in Corsica è di mette in piazza, impegnendu di modu forte l’aspettu ambientale, pruspettive di ricerca cuerente avversate à l’avvene.

 

La soutenance aura lieu le vendredi 22 novembre à 13h30, Salle B1 204, Bt Bonfiglio Guelfucci, FLLASHS, campus Mariani

 

En savoir plus: Résumé scientifique

Moungar David | Mise à jour le 08/11/2019
Rendez-vous

Vendredi 22 novembre 2019 à 13h30