Attualità | Toute l'actualité de l'Université de Corse
Attualità |
Toute l'actualité de l'Université de Corse

Les produits corses sont-ils faits pour les Corses ? Débat citoyen, lundi 26 novembre à 18h30

La Fédération de Recherche Environnement et Société (FRES / CNRS) de l'Université de Corse et le CCSTI A Meridiana proposent une série de débats citoyens destinés à mieux faire connaître par nos concitoyens les avancées scientifiques réalisées en Corse, tout en donnant à chacun l’occasion d’interagir directement avec les chercheurs eux-mêmes, sous des formes conviviales.

 

Lundi 26 novembre 2012 à 18h30
Les produits identitaires :
Les produits corses sont-ils faits pour les Corses ?

L'Oriente, Corte


Deux chercheurs de l’INRA seront chargés de se "disputer" : Thierry Linck (économiste Directeur du LRDE INRA de Corte) et François Casabianca (zootechnicien des systèmes d’élevage au LRDE INRA de Corte) tous deux à l’INRA au département SAD (Sciences pour l’Action et le Développement).

L’un dira que ces produits sont partie d’une identité alimentaire et que les corses ont besoin de les consommer pour se sentir corses. D’ailleurs, ce sont bien les critères pertinents pour les "connaisseurs" disposant d’une familiarité avec les produits qui participent à leur définition. Et leurs usages jouent un rôle évident dans la justification de leur protection. Les corses sont le coeur (ou l’âme) de l’espace social de ces aliments identitaires. Sans l’adhésion des corses et leur usage effectif, ces produits identitaires dérivent et deviennent la proie des opportunistes et des affairistes.
L’autre affirmera, au contraire, que les produits corses sont évidemment produits pour que des non corses en majorité et quelques corses fortunés les payent le plus cher possible. Pas pour le corse moyen dans la mesure où ces produits, pour exister et dégager un revenu pour ceux qui les produisent, nécessitent de pouvoir les positionner sur des segments de prix élevés. Le "prix de la qualité" conduit à détacher ces produits identitaires de leurs consommateurs  habituels pour en faire une consommation exceptionnelle et la plupart du temps le fait de personnes extérieures à la communauté d’origine.

Deux chercheurs de l’Université de Corse amèneront un contre point à la "dispute" : Caroline Tafani (Maitre de conférence à l’Université de Corse Pasquale Paoli) et Marie-Josée Battesti (Ingénieur de Recherche des milieux naturels et ruraux à l’Université de Corse).
L’une dira que les enjeux touristiques montrent que le produit identitaire peut être vu comme un élément de l’offre touristique permettant à des agriculteurs d’en vivre. L’autre dira que les miels AOP peuvent être vus comme un compromis entre les deux points de vue de la "dispute".

 

 

 

 

JEROME CHIARAMONTI | Mise à jour le 01/03/2017
Rendez-vous

Lundi 26 novembre 2012 à 18h30

L'oriente, Corte